Conjonction de coordonnées

La question de la géolocalisation n’est pas nouvelle. De tous temps les voyageurs (et principalement, parmi eux, les commerçants et les navigateurs) avaient besoin de se situer sur le globe terrestre. La précision de ce positionnement a toujours été conditionnée par la précision des instruments de mesure dont on disposait. D’extrêmement sommaires qu’elles étaient, les cartes ont été de mieux en mieux élaborées, principalement à partir de Ptolémée, et sont devenues des outils indispensables aux voyageurs (voir l’article intitulé : « Le globe dans sa globalité).

astrolabe

La latitude (correspondant au sens de la largeur de la méditerranée) pouvait assez aisément être déterminée avec la mesure de la hauteur angulaire du soleil ou des étoiles au-dessus de l’horizon, et la référence universelle des latitudes a rapidement été l’équateur. La longitude (correspondant au sens de la longueur de la méditerranée)chronomètre a par contre été beaucoup plus difficile à appréhender du fait de la rotation continuelle de notre planète, et c’est le perfectionnement des instruments de mesure du temps qui a permis de se positionner de plus en plus précisément et par là même d’établir des cartes de plus en plus fidèles à la réalité. L’origine quant à elle a été longtemps le méridien passant par l’île de Fer, qui était le lieu le plus à l’ouest du monde connu, cette référence ayant été conservée jusqu’à l’utilisation du méridien de Paris (en France) vers la fin du XVIIIe siècle, puis universellement du méridien de Greenwich (où était situé l’observatoire royal, dans la banlieue de Londres). Lui-même est contesté aujourd’hui du fait qu’on sait maintenant mesurer avec précision le déplacement relatif des plaques tectoniques (tout bouge, y compris Greenwich), et certains voudraient lui substituer une référence plus « immuable » telle que la direction d’une étoile.

Pour ce qui est des cartes, du fait de la projection d’une surface sphérique sur une feuille plane (nous l’avons vu dans un autre article), il a fallut définir d’autres systèmes de coordonnées dites rectangulaires ou cartésiennes orthonormées. En France on s’est basé pendant longtemps sur le système de projection appelé Lambert I, II, III ou IV. Depuis peu, tous les plans et cartes de quelque importance doivent êtres reportés en coordonnées Coniques Conformes (9 zones) ou en Lambert 93. Pour une bonne coordination…

conique conforme 9 zones

Les altitudes sont quant à elles rattachées au niveau de la mer, avec encore plus d’interrogations pour ce qui est de trouver une référence qui soit universelle et immuable !

référence des altitudes

« »