De l’art de l’arpentage

C’est vers 3 000 avant Jésus-Christ qu’apparaissent en Egypte les premières notions de géométrie pour l’arpentage. Ce qui ne signifie pas pour autant que les hommes ne savaient pas mesurer les surfaces auparavant. Le papyrus dit de « Rhind » trouvé à Louqsor et datant de 1 850 av. J.-C. (*) traite en détail de la manière de calculer des aires et des volumes, à but principalement agraire.
*soit quelque temps après que l’ensemble des terres de l’Egypte ait été vendues au pharaon                          (voir livre de la Genèse, chapitre 47)                                             traité d'arpentage
Les instruments et méthodes sont restés quasiment les mêmes durant de nombreux siècles. Toutes ces techniques intègrent des mesures de distances et des mesures d’angles. Seules changent les unités de mesures.manuels à usage des géomètres
outils d'arpentage
Les progrès de l’optique et de la mécanique de précision ont permis dès la fin du XVIIIe siècle d’envisager des opérations topographiques de grande envergure : les triangulations.                              triangulation géodésiqueCe sont ces techniques où les mesures d’angles sont devenues prépondérantes qui ont abouti à la détermination d’une unité à vocation universelle : le mètre, et qui ont fixé la trame d’assise des plans ultérieurs. Il en a résulté en France et dans d’autres pays la création de plans précis dans leur positionnement et détaillés (cadastre dit napoléonien).
« »