Nouvelle définition d’une frontière ancienne

frontière franco-allemandeTrès fréquemment, la frontière entre deux pays suit la ligne d’une crête de montagnes ou le milieu d’un fleuve. Concernant la frontière franco-allemande du Rhin, le cours du fleuve a été largement canalisé au cours du XXe siècle. L’ancienne définition de la frontière basée sur les talwegs (milieu des bas-talus) n’était donc plus assez précise et il a été décidé au cours des années 1980 de donner une nouvelle définition de cette frontière.

Celle-ci a été redéfinie mathématiquement comme une ligne formée d’une succession de segments de droites et d’arcs de cercles, laquelle ligne épouse au mieux le nouvel axe du fleuve. Cette limite étant difficilement matérialisable, elle peut néanmoins être repérée par des moyens topographiques à partir des rives. Sur chacune des rives il existe en effet une succession de repères situés à environ 200 m l’un de l’autre tout au long du fleuve et en vis à vis avec les repères de l’autre rive. Chaque couple de repères situés de part et d’autre du fleuve forme une ligne droite transversale. La suite des intersections de ces droites transversales avec la ligne frontière ondulée définit une polyligne dont tous les côtés mesurent environ 200 m et qui se superpose quasiment avec la ligne frontière telle que définie plus haut. MM. STIRN et DOUVIER de la Direction Régionale des Impôts de Strasbourg (Cadastre) ont confié le calcul de cette suite de points d’intersection à Pascal MERTZ en février 1985. Le calcul ayant été effectué en coordonnées Lambert I (partie nord) et Lambert II (sud), ce n’est pas moins de 180 km de frontière qui ont été définis par environ 900 points. Compte tenu de la faible courbure de la ligne frontière, la ligne droite qui relie deux points d’intersection successifs est quasiment confondue avec la limite théorique.

Le temps que le dossier remonte les échelons administratifs et que les négociations entre ambassades se finalisent, c’est en l’an 2000 que les Chefs d’état, MM. CHIRAC et SCHRÖDER, ont signé la reconnaissance officielle de cette nouvelle définition de frontière qui a dû également être acceptée par les parlements des deux pays. C’est donc aujourd’hui cette nouvelle définition de la frontière franco-allemande qui fait foi juridiquement.                    ponts sur le Rhin

«